La figure de proue du temps, par Gérard Macé, écrivain

BOUVIER_LAUBE-2000x1368

L’aube, Normandie 2017, huile sur toile 70 x 130 cm ©Stanislas Bouvier

« certains soirs je suis la proie d’apparitions / qui me précèdent dans le sommeil / avant de retourner dans leur trou noir. »

Qu’il exploite ou non ses capacités verbales, le poète est un initié.

Ce peut être un enfant un peu étrange et solitaire, un savant, un fou, un couple d’amoureux, ou un écrivain.  

L’antique est pour lui une évidence de présence, alors que le futur est ce qui se dessine dans les chemins du texte qu’il invente.

Avec Ici on consulte le destin, Gérard Macé creuse sa nuit, et ses voies de lumière, laissant venir les images sur la page comme un art d’haruspice.

Lui qui connaît bien les chefferies éthiopiennes, pour les avoir rencontrées, écrites, photographiées, est sans nul doute guidé.

Trois parties en ce dernier opus : d’abord quarante Mots de passe de deux distiques chacun, dont l’ambition est de dépasser les vieilles antinomies logiques, afin d’atteindre l’événement du réel ; puis Tous mes souvenirs sont des souvenirs de rêve ; enfin, Sous les nuages de Magellan, réécriture courte en vers  sous l’effet d’un rêve de L’autre hémisphère du temps (Gallimard, 1995), livre évoquant les grandes découvertes faites par les navigateurs de la Renaissance, dont le dernier poème est une reprise exacte, sous forme de chant, de ce qui fut formulé en prose : « Le temps, c’était donc  lui la figure de proue / à l’avant de tous les navires, monstre ou sirène / aux formes lisses dans le vent du départ, / visage mouillé de larmes après avoir essuyé les tempêtes, / vieux bois vermoulu survivant à tous les naufrages / et flottant à la fin sur les eaux de la mémoire. »

Le temps est énergie et grand secret, une sorte de porte à tambour menant en des palais (souvent ruinés) inattendus.

Des vers ou des images sont quelquefois repris – « La campagne en fleurs / derrière les barbelés » -, tout texte est un tissu léger et quelque peu inquiet.

L’enfance est un mystère vers lequel on se tourne à mesure que s’inscrivent en nous les rides de mélancolie : « Terrifié par l’enfance / des heures au coin du feu // La maison en flammes / et nos secrets dans les cendres » ; « Des ombres qui appellent / et d’autres qui répondent // Une table et deux chaises / où ne sont plus mes parents »

L’écriture paratactique convient bien aux recherches surréalistes de nouvelle raison.

On pourrait être chez Lisette Model– « Le train fantôme / emportant une robe de mariée » – ou chez Orson Welles – « L’escalier dans le verre / grossissant du judas » -, mais l’on est tout simplement chez Gérard Macé le proustien : « Les épaules nues / d’une femme qui se parfume // Le langage des fleurs / entre une fille et sa mère »

Plus loin : « La fleur du châtaignier / qui a l’odeur du foutre »

On parle à Ramallah de celle de l’amandier.  

Le manteau de fortune est parfois baudelairien – « L’œil doré du chat noir / qui nous sert de conscience » -, ou emprunté au mage André Breton, pieds nus à Saint-Cirq-Lapopie – « Les pierres qui nous apprennent / à connaître l’eau »

Les livres sont ouverts, les draps défaits, l’écriture est une fenêtre donnant sur « Une roue qui continue / de tourner toute seule »

Aux sources misérables et sublimes de la Vivonne, il y a une effervescence un peu stupide, un mince filet d’eau.

Voilà la poésie : « Les paroles remontent comme des bulles : / du fond de quel lac / où flotte le cœur entre deux eaux ? // Le cœur et les viscères, / les poulpes et les polypes, / dans un marigot où prolifèrent / des espèces rescapées de l’ère prénatale. »

On est seul, il faut se fier à ce qui serpente en soi.

« Aucun prophète, aucun pharaon pour marcher devant nous. / Pas de mer rouge  qui s’ouvrirait d’elle-même / comme les grandes lèvres des femmes, mais un au-delà / qui recule en même temps que l’horizon. »

Conseil à un jeune poète : « – Abandonne le nom de l’homme / et dans le labyrinthe de ton for intérieur, / apprends à parler comme on répond au sphinx. »

Il se pourrait alors que le jour prenne feu.

008746842

Gérard Macé, Ici on consulte le destin, illustration de couverture Stanislas Bouvier, Le Bruit du temps, 2021, 88 pages

Le Bruit du temps – site

Site de Stanislas Bouvier

logo_light_with_bg

Se procurer Ici on consulte le destin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s