Un amour interdit, par Tomasz Laczny, photographe

le

ErnaHelenaAnia10_700x

©Tomas Laczny

Tomasz Laczny, né en Pologne, a découvert à sept ans que sa grand-mère maternelle, tombée amoureuse d’un Polonais à la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans un pays ravagé par l’occupant nazi, était allemande.

A la Libération, elle fut emprisonnée, et mit au monde une fille dont elle dut être séparée, continuant à vivre dans un pays où il fallait cacher ses origines, retrouvant finalement son enfant après mille difficultés.

Ce secret, ce trauma, cette histoire familiale douloureuse, est l’objet du superbe livre de son petit-fils photographe, Erna Helena Ania, édité par BlOW UP PRESS (Warsaw) avec un soin extrême : un papier noir rêche pour la couverture, plus doux pour les pages intérieures, des vignettes photographiques collées à la façon d’un album familial, des dessins – à la manière d’un roman graphique – encadrant le corpus d’images, des doubles pages à déplier, des documents sans attache insérés dans le corps même du livre (lettre en polonais, formulaire officiel, carte d’identité, carte postale, mots divers).

Erna Helena Ania est une histoire hantée par l’absence, le silence, les non-dits.

a

©Tomas Laczny

La mémoire travaille très intérieurement à partir des trous, de l’impossible, des chocs émotionnels.

Le bonheur est possible, mais il faut traverser des corridors sombres, des voix hurlantes, la violence des corps.

Une femme est enceinte dans une forêt obscure, il y a une hache, un cheval, de la paille, et la poussée de la vie coûte que coûte.

Erna Helena Ania est un cri à la pointe sèche disant l’amour d’une mère pour son enfant dans les déchirures des temps historiques.

Des visages, des photographies rescapées, des archives, des fleurs fanées.

x

©Tomas Laczny

Où est-on ? Quelle est notre place ? Quels sont les véritables contours de notre identité ?

Des images apparaissent, comme flottant dans les limbes de la psyché, ou d’un liquide amniotique valant révélateur.

Il faut découvrir avec lenteur et beaucoup de respect cet album d’artiste construit comme une enquête, mais aussi un hommage aux membres d’une famille bousculée, rongée, heurtée par les désastres de la guerre.

Cet ouvrage est un effort de toute la sensibilité pour contrer la défiguration, l’aphasie, l’interdiction d’être au monde.

Des chevelures, des lignes fantasmatiques, des formes fantomales.

L’histoire se répète-t-elle ? L’art est-il un exorcisme doublé d’une baguette de sourcier ?

Tomasz Laczny a construit un édifice de mémoire où la force visuelle ne masque jamais la fragilité des jours, des souvenirs, du présent brutalisé.

book_9_700x

Tomasz Laczny, Erna Helena Ania, book design Aneta Kowalczyk, BLOW UP PRESS (Pologne), 2021, 102 pages – 900 exemplaires

ErnaHelenaAnia3_700x

©Tomas Laczny

Ce livre est lauréat du BUP Book Award 2020

Se procurer Erna Helena Ania

ErnaHelenaAnia8_700x

©Tomas Laczny

Tomasz Laczny – site

h800-1117751d4EV5Aid

©Tomas Laczny

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Barbara Polla dit :

    Très beau livre… très beau texte
    et oui, peut-être l’art est-il parfois cet « exorcisme doublé d’une baguette de sourcier »

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s