Puissance de la vie fragile, par JH Engström, photographe

le
062_067485.tif
©JH Engström

JH Engström est un artiste des polarités contraires, et du sublime dans la pulsion de vie.

Ses photographies sont à la fois des études et des instantanés, des recherches sur le nu, le paysage, la nature morte, le portrait et l’autoportrait, mais aussi une saisie de ce que produit l’expérience de la rue, des corps désirants, des âmes déchirées par la solitude.

Des rencontres et des êtres isolés, le plein déploiement de la nature et l’univers urbain, le feu et le froid, la roche et la peau.

019_067485.tif
©JH Engström

L’ivresse est pour JH Engström un principe général, non qu’il soit simplement un effet de l’alcool, mais une force d’emportement irradiant ses images travaillées dans leur texture même comme des organismes vivants.

Paris et le Värmland natal, Stockholm et New York, dans le sillage des maîtres, Christer Strömholm/Anders Petersen et Robert Frank.

La Weltangschauung du photographe suédois vivant à Montreuil – voir le très beau Day by Day, Bessard Editions, 2020 – relève d’une énergie vitale où l’exploration de l’intime se veut universelle.

From the series The Frame 0054

©JH Engström

Auteur de dix-huit livres, dont le princeps Trying to Dance (Journal, 2003), et de quatre films, exposé dans le monde entier, Engström entre aujourd’hui dans la collection Photo Poche chez Actes Sud, dont la large diffusion permettra probablement encore d’étendre son audience.

Le photographe aime l’esquisse, le geste vif, la franchise.

Loin d’une quelconque approche viriliste, Ensgtröm regarde les hommes dans leur vulnérabilité, leur tendresse, leur soif d’amour, le manque.

084_067485.tif
©JH Engström

Son œuvre s’apparente ainsi à un vaste journal de solitude témoignant de l’odyssée de sa présence à la fois fragile et brute dans les lieux qu’il traverse, la photographie construisant la permanence d’un corps quand tout fuit et que le doute s’installe.

Les regards de ses personnages sont directs, un peu perdus, de profonde mélancolie.

Une hache apparaît, il faut savoir trancher, refuser les compromis.

From the series October 2016 (the fear of leaving) 002

©JH Engström

Engström photographie ses amis, leur belle nudité, le passage de la jeunesse, les variations de la lumière.   

Il s’agit ici, non de séduire, mais d’explorer la condition humaine et de proposer au regardeur un espace de méditation.

Les corps sont des moraines, les moraines sont des corps, l’amour comme la fraternité existent mais dans la blessure, la difficulté, l’impossible.

018_067485.tif
©JH Engström

Nous vivons dans un miroir brisé où crépitent les flammes de nos errances.

Ainsi la poétique photographique d’un des grands artistes de notre temps.

009241450

JH Engström, texte Urs Srahel, Photo Poche, Actes Sud, 2021, 144 pages – 71 photographies

From the series Långt Från Stockholm 004

©JH Engström

JH Engström est représenté à Paris par la galerie Jean-Kenta Gauthier

Actes Sud – photographies

From the series Sketch of Paris 0067

©JH Engström

JH Engström – site

JH Engström signe son livre le mercredi 2 juin à la librairie La Comète (Paris, Xe) à partir de 18h30

logo_light_with_bg

Se procurer le Photo Poche JH Engström

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s