Le mystère d’être soi, par Claudia Lopez Ortega, photographe

le

4

©Claudia Lopez Ortega

Il y a un luxe de raffinement chez nombre de maisons d’édition de livres de photographie en Europe qui ne cesse pas de me ravir, tant on peut ressentir d’attention, de sensibilité et de pensée dans la composition de ces ouvrages rares généralement de petits tirages – entre cinquante et cinq-cents exemplaires.

Un marché de niche ? Non, un marché de gloire, et le plaisir du travail parfaitement exécuté.

5a

©Claudia Lopez Ortega

The Three Corner of the Ocean, de Claudia Lopez Ortega, publié à Leipzig par Dienacht Publishing (Calin Kruse) est le dernier en date de mes éblouissements esthétiques.

C’est un livre sur la maternité comme expérience bouleversante de folie et de beauté, d’épreuve et de questionnements d’une généalogie familiale parfois saturée de silences et de non-dits.

Par sa fille Victoria, l’artiste mexicaine a compris comme la tristesse de celle-ci, se sentant quelquefois loin de sa mère, résonnait avec une situation similaire qu’elle-même avait vécue enfant.

6

©Claudia Lopez Ortega

Livre bipartite, The Three Corners of the Ocean, situe son action sur une plage du Pacifique régulièrement détruite par des tempêtes, où réside une petite communauté de courageux croyant en un avenir favorable.

La première partie, sublime, est encadrée par un papier de transparence jaune évoquant la simplicité et le plaisir d’une vie passée sous le soleil tropical, la mélancolie teintant cependant quelquefois d’un sentiment d’exil la somptuosité des lieux.

18

©Claudia Lopez Ortega

Une belle enfant se baigne, s’endort, jouant avec sa mère en des mises en scène légères et colorées.

L’approche de la réalité de Claudia Lopez Ortega est extrêmement sensualiste.

Chez elle, la mer est une peau rebelle à caresser.

Chez elle, le corps est libre, neuf, inventif, désirable.

12

©Claudia Lopez Ortega

Pourtant, rien n’est si simple – deuxième partie, reprenant à l’identique certaines images lui ayant précédé –, grandir est difficile, se maintenir dans son être est difficile, être une femme est difficile.

Il y a un trouble dans l’identité, une forme de confusion entre animalité et humanité, une sorte d’inadéquation entre soi et le monde, voire soi et soi.

Il y a des listes – des papiers collés -, des mots, tous les signes d’une mise en ordre du quotidien dans les perturbations émotionnelles du bel aujourd’hui.

option3for44

©Claudia Lopez Ortega

Trois femmes – The Corners – sont là, au bord de l’océan, une grand-mère, une mère, une petite fille, pour qui les liens sont à la fois évidents et complexes.  

Dans sa clarté, et l’évidence de la beauté quel que soit l’âge, le livre de Claudia Lopez Ortega questionne le mystère d’être soi parmi les siens.

Untitled-1_220316_172307

Claudia Lopez Ortega, The Three Corner of the Ocean, Dienacht Publishing, 2021 – 500 exemplaires

Untitled-1_220316_180341

Claudia Lopez Ortega – Instagram

61_211101_211720

©Claudia Lopez Ortega

Dienacht Publishing – se procurer le livre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s