A la recherche du cœur de l’Europe, par Patricia Morosan, photographe

©Patricia Morosan

« Une étrange constellation orne la couverture de ce livre, écrit en préface Sonia Voss. En guise d’astres, sept petits poinçons reliés par un fil rouge. En lieu et place de la voie lactée, le blanc maculé d’un sol légèrement couvert de neige, marqué de pas humains. Deux hommes accroupis non loin semblent échanger quelques paroles. Le dessin brodé au fil rouge par Patricia Morosan reprend sept points, désignés au fil des époques par diverses institutions et personnalités scientifiques comme étant le centre de l’Europe. Cette quête absurde d’un centre irrévocablement défini par des coordonnées géographiques ferait sourire si elle ne trahissait pas une idée désincarnée de notre continent, envisagé comme réalité supérieure plutôt que comme terre habitée. »

Voilà, à l’orée de (I) Remember Europe, de Patricia Morosan, publié en Autriche chez Fotohof edition, l’axe majeur est donné : il ne s’agira pas de chercher strictement le centre physique de l’Europe, mais de se mettre en quête de sa centralité secrète, vaste lieu où la pauvreté côtoie la migration, où la fin du communisme rencontre son double matérialiste non moins impitoyable pour les oubliés de l’Histoire et les damnés de la Terre.     

©Patricia Morosan

Conçu comme la longue journée d’un voyage photographique transeuropéen, l’ouvrage de la photographe d’origine roumaine vivant à Berlin, associée au collectif Temps Zéro (Stéphane Charpentier en chef de chantier), peut être considérée comme une dérive, très belle, très âpre, dans le centre artériel d’un continent en souffrance.

Il y a des flashes de lumière et des barrières douanières, des trains alanguis et des regards d’enfants interrogatifs, des fêtes s’achevant dans la mélancolie et des danses de conjuration.  

Tout regarde dans le glas, le vide et la perte de repères.

©Patricia Morosan

Dieu est aux abonnés absents, mais peu importe il faut encore le prier.

Il fait froid, et les marginaux de tous les pays possèdent des clés de compréhension qu’ils se garderont bien de révéler.

Lénine devenu un gisant lève la main afin de désigner des postes de télévision dont les écrans sont gris : qui sommes-nous ? où allons-nous ? à quel récit collectif accrocher nos espoirs ?

(I) Remember Europe est une œuvre de recherche dans l’égarement, un acte politique au contact des délaissés et des misérables de notre temps, une fraternité de visages dans le brouillard des pleurs.

©Patricia Morosan

Train de nuit, vitre brisée, diadème en toc.

Taxi frontalier, couverture de survie, nuits blessées.

Une vieille femme se tient la tête afin de se boucher les oreilles, ne voulant peut-être plus entendre les pas de la soldatesque martelant son crâne.

On s’échange des photos, on escalade des rambardes, on se cogne le visage contre les pieds cloués du Christ.

Barbelés, désespoir, cars de la honte.

Maman a les cheveux doux, la neige est belle, mais peut-être contaminée.

©Patricia Morosan

« Patricia Morosan, précise en outre Sonia Voss, a invité sept personnes, rencontrées en ces supposés centres de l’Europe, à lui envoyer, par la poste, une planche contact de vues photographiques réalisées au moyen d’un appareil jetable qu’elle leur a confié. Par ce geste, elle requiert de chacune et chacun de regarder autour de soi et de proposer un récit en vingt-quatre poses de son monde – ses paysages, ses signaux, ses croyances, ses relations, ses sensations. Les sept branches de cette étoile relient ainsi les villes Kremnicke Bane, Polotsk, Dilove, Neualbenreuth, Radžiulių, Suchowola et Mõnnuste, mais relient également Reena, Maciej, Teresa, Hasan, Olena, Elena et Stanislav à Morosan. Ces femmes et ces hommes communiquent par ailleurs entre eux dans le livre et, ensemble, participent à l’esquisse collective d’un portrait de l’Europe. Sur les enveloppes confiées à la poste, des timbres symbolisent les divers pays : une fleur, une poétesse, une spécialité culinaire, un ornement, une église. À l’intérieur, l’expérience sensible, fugace et irréductiblement personnelle de chacun des expéditeurs et de Morosan vient éclater, en autant de fragments photographiques, toute tentative de condensation du réel, de folklorisation du sens.

Le livre est donc ponctué de doubles pages à déplier montrant la succession des images apparaissant sur les films négatifs 35 mm  – et des timbres tamponnés des pays des destinataires de lettres – de ses invité(e)s, Patricia Morosan exposant quant à elle son itinéraire, relevant de l’errance d’un œil dans le spectacle d’une Europe en piteux état.

©Patricia Morosan

La soupe est froide, les convives tardent à venir, il a encore plu sur les villes assoupies.

Les identités bougent, l’Europe est un bateau à la dérive cherchant à chaque instant son point d’équilibre.

Dessiné par Yana et Calin Kruse (créateur de Dienacht Publishing à Leipzig), (I) Remember Europe ne se termine pas, mais s’ouvre sur une carte montrant l’Europe telle qu’on ne l’a jamais vue en quatre schémas se superposant (Extreme points of the European continent / Extreme points of the European continent, including islands / Geographical midpoints of the European continent / Europe), mais aussi sur des notes issues des carnets de l’artiste, sur les légendes des photographies exposées et sur un texte de Marta Jecu.   

Cet objet (multi) photo-graphique n’est pas (seulement) un livre, mais une constellation de points de vue, une complexité de lignes de vie, une ouverture vers l’autre en son évidence et son énigme.

Mais le cœur de l’Europe ne serait-il pas désormais celui d’une Europe sans cœur ?

Patricia Morosan, (I) Remember Europe, texts (english/deutsch) Sonia Voss, Marta Jecu, Patricia Morosan, book design Calin Kruse, Yana Kruse / FLUUT Grafik-Design, Fotohof edition (Salzburg, Austria), 2022 – 500 copies

https://patriciamorosan.com/gallery/i-remember-europe/

https://shop.fotohof.at/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s