Antoine de Galbert ou le portrait d’un collectionneur hanté par ses œuvres mêmes

2018-GALB-press04
Christian Fogarolli, Mugshot III_mad, 2012.
Avec l’aimable autorisation d’Antoine de Galbert

On croit souvent que le collectionneur est un Narcisse quand il est davantage un Prométhée doublé d’un Œdipe.

Les œuvres qu’il rassemble ont les contours d’une énigme sur l’identité. Ce sont aussi des fragments arrachés à l’oubli, des parcelles de feu pour éclairer le futur.

Invité par les éditions Actes Sud à montrer une petite partie de sa collection, édifiée sur trois décennies, Antoine de Galbert, dont on connaît le lieu emblématique fondé en 2004, la Maison rouge à Paris, phénix ne cessant d’annoncer sa fermeture pour finalement renaître, a choisi de montrer une centaine de portraits, essentiellement photographiques.

Une exposition a lieu actuellement à Arles, dont rend compte un catalogue ne donnant volontairement pas immédiatement les noms des auteurs.

Il ne s’agit ainsi pas de deviner qui est qui, mais de laisser chaque œuvre déployer sa puissance, sa nudité, sans que la plus ou moins grande notoriété de leur créateur n’interfère sur la réception.

2018-GALB-press03
Stéphane Mandelbaum, Portrait de José.
Avec l’aimable autorisation d’Antoine de Galbert

A travers ses œuvres réunies se dessine un homme, fasciné par la question du temps, de la mémoire, de la persistance des visages, de la défiguration.

Les portraits exposés sont drôles (Louise Bourgeois), effrayants (Joel-Peter Witkin), effrayants et drôles (Erwin Wurm), tendres (Emmet Gowin), érotiques (Brassaï), mais sont surtout plus qu’un adjectif, qui sont des mondes, des totalités, des moments de grâce et d’étrangeté.

Chaque photographie, chaque toile demanderait une analyse précise, chacun la fera, en cherchant les correspondances, les rapports formels, les contrepoints, les incongruités.

Ce qui se donne ici est une liberté que confère le pouvoir financier de choisir et rejeter ce qui ne rejoint pas l’idée générale, forcément et heureusement subjective, du juge suprême.

Le geste du collectionneur est un acte de monteur, inventant par l’association de ses œuvres une sorte d’image absolue, un infigurable ultime.

Il y a dans le grand œuvre d’Antoine de Galbert beaucoup de monstres et de hautes solitudes car vivre vraiment est à ce prix, quand la nature criminelle de l’humanité ne cesse de faire peser sur le sauf son énergie noire de dévastation.

Pour contrer le mal, préserver l’indemne, il convient de créer des rites (Olivier Blanckart), perforer les apparences, les retourner, les redéployer, s’amuser d’un rien de crainte de ne pleurer de tout.

Le XXe siècle est là en ses charniers, ses haines, son industrialisation de la mort.

En ce sens, la collection est un vaisseau spatial, une arche pour prendre le large sans rien oublier des forces qui nous annihilent.

La dernière image est celle d’un saint laïc, un portrait de Nelson Mandela, et l’on comprend que cette collection entière pourrait s’appeler elle aussi « réconciliation et vérité ».

100portraitsCouv

Cent portraits, extraits de la collection Antoine de Galbert, texte de Christian Caujolle, Actes Sud, 2018, 64 pages

Site Actes Sud

Exposition éponyme aux Rencontres de la Photographie (Arles), du 2 juillet au 23 septembre 2018

Artistes exposés : Ben / Roman Opalka / Nicholas Nixon / Jacques Lizène / Alex Van Gelder / Joel-Peter Witkin / Jesse A. Fernandez / Emmet Gowin / Brassaï / Erwin Wurm / Gilbert & George / John Isaacs / Guillaume Herbaut / Patty Chang / John Waters / Mika Rottenberg / Jonathan Meese / Roma, Cieslewivz / Mohror / Man Ray / Denise Colomb / Jonathan Monk / Marina Bourdoncle / Eugene Smith / Christian Fogarolli / Anders Petersen / Duchenne de Boulogne / Arnulf Rainer / Marcel Bascoullard / André Félix / Joan Colom / Graciela Iturbide / Pilar Albarracin / Jürgen Klauke / Annie Leibovitz / Urs Lüthi / Olivier Blanckart / Roger Ballen / Pierre-Louis Pierson / Marina Abramovic / Pierre-Yves Bohm / Valérie Belin / Barthélémy Toguo / Almighty God / James-Iroha Uchechukwu / Johnathan Horowitz / Alain Bizos / Otchere Isaac Azey / Yhibault de Gialluly / Zhang Huan / The Blue Noses / Parag Sonarghare / Lucien Pelen / Dieter Appelt / Boris Mikhaïlov / Yuri Mechitov / Eric Corne / Damien Deroubaix / Mari Katayama / Jérôme Zonder / Nancy Burson / Mikhael Subotzky / Edouard Méhomé / Christer Strömholm / Miriam Cahn / Joseph Yoakum / Stéphane Mandelbaum / Robert Malaval / Markus Raetz / Mathieu Pernot / David Goldblatt

Site La Maison rouge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s