April in Bruxelles, by Joseph Charroy, fanzinator

avril (41) W
© Joseph Charroy

Pendant ce temps-là, en Belgique, ça bosse encore.

Ça compile, ça brasse, ça s’embrasse aussi, sûrement, au moins dans les coins, et ça fanzine à mort.

Après le superbe Passer par le feu, de Sophie Fougy (Primitive Editions, mars 2020), présenté comme il se doit dans L’Intervalle, voici de Joseph Charroy himself, Avril.

Après April in Paris, standard de Louis Armstrong & Ella Fitzgerald, voici donc Avril in Bruxelles, a new song.

IMG_1358
© Joseph Charroy

Joseph Charroy présente ainsi son chorus de 44 pages : « Il y a dix ans, de passage à Bruxelles, j’ai trouvé un ensemble de photos dans les poubelles sur la place du Jeu de Balle après le marché. On voit un couple, leur petit garçon, la nature, le temps qui passe, une vie simple à la campagne. Aucune indication, ni de date ni de lieu. J’ai toujours été saisi par ces images. Je les ai conservés précieusement. A l’occasion je les ai montrés à des ami(e)s. Aujourd’hui c’est un printemps un peu étrange, on est tous confinés et j’ai eu envie d’éditer et de partager ces photos. »

Ce n’est pas un journal de confinement, c’est mieux encore, c’est la douceur d’une famille photographiant son bonheur.

– L’amour existe-t-il, monsieur Pialat ?
– Non, mais je vous offre la preuve que si.

IMG_1371
© Joseph Charroy

Nous sommes au début des années 1970, à la campagne, où tout est si simple et sensuel lorsqu’on sait se regarder ainsi, avec tant de tendresse.

La mère, jolie femme aux cheveux mi-longs (blond vénitien), levant la main telle Eve tentée par une pomme invisible.

Le petit garçon, cuisses nues, très concentré, un esprit, un demi-dieu.

IMG_1341
© Joseph Charroy

Le père, beau brun faisant le feu, brûlant les broussailles, ou s’apprêtant à plonger dans la rivière en tenue d’Adam.

D’où viennent ces images ? Pourquoi ont-elles été abandonnées ? Le couple s’est-il séparé ? Un drame a-t-il eu lieu ?

avril (17) W
© Joseph Charroy

Pour l’instant, l’harmonie est évidente, c’est l’Age d’or ovidien, et les fêtes galantes de Watteau.

Apparaît, confiante, posée sur le doigt du jeune père, une colombe, tandis que sa belle amie cajole un chat, image admirable de composition, très certainement pensée par l’enfant, imaginée mentalement, avant que la réalité ne copie le fantasme.

avril (20) W
© Joseph Charroy

Une belle propriété, de beaux arbres, un lapin, de l’affection.

Une femme qui joue, qui rit, qui a joui.

Un homme qui bêche, qui aime, qui fouit.

Un enfant qui ferme les yeux.

IMG_1361
© Joseph Charroy

Une lavandière, un Jean Baptiste, et un enfant qui a grandi.

Bébé porte maintenant des gants de boxe, ses copains l’appellent Raging Bull.

Il cogne dans les poubelles, d’où tombent les miettes merveilleuses de son enfance.

Voici Avril.

couv avril

Joseph Charroy, Avril, Primitive Editions, 2020 – 100 exemplaires numérotés

Se procurer Avril

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. AnneSol Glr dit :

    C’EST TELLEMENT BEAU…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s